Reconversion où comment on nous laisse nous démerder

Publié le 14 Avril 2017

 

Ça fait maintenant dix mois que j’ai été licencié et que je suis chez pôle emplois (même si ça fait neuf mois que j’ai mes indemnités).

 

Au début c’était bien, j’avais la pèche, je revivais. J’étais heureuse, rien ne m’atteignait et j’avais l’impression de pouvoir déplacer des montagnes.

Mais peu à peu ça s’est atténuée et il a bien fallut que je songe à l’avenir. Surtout qu’on me poussait derrière.

 

Alors Pôle Emplois m’a proposé un bilan professionnel (Activ’Projet) pour trouver ma voie. Après deux mois de recherches, de questionnements, je trouve ma voie. C’est celle qui m’habite depuis toujours, celle qui, je le sais, me plairait. La forêt, la nature.

 

Alors, fière de cette décision, je cherche des formations adultes et décide de partir sur un second BTSA mais en Gestion Forestière. Celui que je voulais faire et que je n’avais pas réussit à intégrer. J’appelle l’école, je remplis le dossier, je vais aux journées portes ouvertes.

Je sais que ça nous demandera des efforts, de gros efforts. L’école est loin de chez moi ce qui me forcerait à ne rentrer que le week-end. S’effectuant sur un an et étant très intense, je n’aurais pas le loisir d’avoir une vie sociale et serais concentrée sur mes cours. Mais l’Homme et moi on est prêt à faire ce sacrifice pour qu’enfin je puisse faire un métier qui me plairait.

 

Mais voilà, la formation coûte très chère.

 

J’ai demandé à Pôle Emplois mais ils ne financent plus les formations. Ma conseillère m’a donné des pistes mais soit je ne suis plus employée, soit je touche trop d’indemnités chômage. Ma région ainsi que celle de l’école ne me financeront pas non plus. Ma banque refuse de m’accorder un crédit car en juillet 2018 je n’aurais potentiellement plus d’indemnités et que je suis trop âgée pour avoir le droit d’avoir un prêt étudiant (c’est jusqu’à 27 ans). Je n’ai pas non plus le droit à une bourse car, étant considéré comme mariés, l’Homme gagne trop, même avec un enfant à charge, pour que j’ai le droit à quelque chose.

 

J’ai alors voulut effectuer cette formation en contrat professionnel. En contrat pro la formation ne me coûterait rien et me permettrait de rentrer chez moi le soir et ainsi voir ma fille.

 

Mais là encore je me heurte à des portes closes. En effet, un contrat pro est plus cher qu’un apprenti. Les entreprises doivent payer plus de charges, la formation est moins bien remboursée et l’apprenti est forcément mieux payé.

Ainsi j’ai fait toutes les entreprises de ma région, tous les experts forestier, j’ai même cherché jusqu’à deux heures de route aller autours de chez moi. Mais rien. Soit les entreprises ne prennent pas de stagiaires, soit elles préfère prendre des apprentis.

 

On nous pousse à nous reconvertir, à trouver notre voie pour après nous laisser tomber quand on en a le plus besoin. C’est quelque chose que je n’arrive vraiment pas à comprendre vu qu’ils se plaignent du chômage.

Sans compter que les élections sont dans deux semaines et allez savoir qui on aura et ce qu’il adviendra de nous, pauvres chômeurs.

Rédigé par Hamadryade

Publié dans #Travail, #Chômage

Repost 0
Commenter cet article